See operators
    • Mentions légales
    • AVERTISSEMENT
    • LES FACÉTIES DU POGGE PAR GUILLAUME TARDIF OU L’HISTOIRE D’UNE RÉÉCRITURE
      • I. FACÉTIE ET FACÉTIEUX : DU POGGE À GUILLAUME TARDIF
      • II. DE LA LETTRE À LA SUBSTANCE
      • III. MODIFICATIONS NARRATOLOGIQUES
    • ÉTABLISSEMENT DU TEXTE
      • I. DESCRIPTION DES ÉDITIONS
      • II. TRADITION TEXTUELLE ET CHOIX DU TÉMOIN DE BASE
        • BC versus AD
        • Rapport BC
        • Rapport AD
        • Rapport de E avec AD
        • Choix du témoin de base
      • III. PRINCIPES D’ÉDITION
        • A. Transcription
        • B. Etablissement du texte
        • C. Présentation
    • REMARQUES SUR LA LANGUE
      • I. GRAPHIE ET PHONÉTIQUE
        • A. Vocalisme
        • B. Consonantisme
      • II. MORPHOLOGIE
        • A. Morphologie nominale
        • B. Morphologie verbale
      • III. SYNTAXE
        • Syntaxe d’accord
        • Pronoms
        • Que, conjonction de subordination
        • Et, conjonction de coordination
        • Négation
        • Emploi des temps grammaticaux
        • Emploi des modes
        • Infinitif
        • Construction participiale
        • Ordre des mots
    • LES FACECIES DE POGE
      • LE PROLOGUE DU TRANSLATEUR.
      • [I] LA PREMIERE FACECIE EST D’UNG POVRE PECHEUR QUI LOUA ET DESPITTA DIEU TOUT EN UNE HEURE, ET COMMENCE EN LATIN : « CAIETANI, ETC.  ».
      • [II] LA SECONDE FACECIE EST D’UNG MEDECIN QUI GARISSOIT LES FOLZ, DEMONIACLES ET ENRAGEZ, ET COMMENCE EN LATIN : « PLURES COLOQUEBAN- TUR, ETC.  ».
      • [III] LA TIERCE FACECIE EST D’UNG ESCOLIER PARESSEUX, ET COMMENCE AU LATIN : « BONATIUS ADOLESCENS, ETC.  ».
      • [IV] D’UNG JUIF QUI SE FIST CRESTIENNER PAR L’EXORTATION D’AULCUNS CRESTIENS, ET COMMENCE : « JUDEUM CUM MULTI, ETC.  ».
      • [V] D’UNG FOL HOMME QUI CUIDA QUE SA FEMME EUST DEUX SECRETZ DE NATURE, ET COMMENCE AU LATIN : « HOMO E NOSTRIS, ETC.  ».
      • [VI] D’UNE FEMME QUI FUT AMOUREUSE D’UNG POVRE, ET COMMENCE AU LATIN : « YPOCRITARUM GENUS PESSIMUM, ETC.  ».
      • [VII] D’UNG JEUNE CHEVALIER QUI SE FARSA DE UNG EVESQUE, ET COMMENCE AU LATIN : « I BAM SEMEL A PONTIFICIS PALACIUM, ETC.  ».
      • [VIII] UNG DIT JOYEUX QUE POGE RACOMPTE DE UNG SIEN COMPAGNON NOMMÉ ZACARUS, ET COMMENCE AU LATIN : « PERAMBULANTES, ETC.  ».
      • [IX] DE UNG PREVOST QUI FUT REPRINS DE TROP SE LOUER, ET COMMENCE AU LATIN : « QUIDAM ITURUS FLORENCIAM, ETC.  ».
      • [X] D’UNE FEMME ADULTERE QUI FIST COUCHER SON MARY EN UNG COULOMBIER TANDIS QU’ELLE ESTOIT AVECQUES SON AMY, ET COMMENCE AU LATIN : « PETRUS QUIDAM CONTRI – BU LUS, ETC.  ».
      • [XI] DU SOT PRESTRE QUI IGNOROIT LE DIMENCHE DE PASQUES FLEURIES, ET COMMENCE AU LATIN : « BELLUM OPIDUM EST, ETC.  ».
      • [XII] DES PAŸSANS QUI DEMANDERENT LE CRUCIFIX VIF, ET COMMENCE AU LATIN : « EX HOC QUIDEM OPIDO, ETC.  ».
      • [XIII] DES JOYEUSES RESPONCES DU CUISINIER AU DUC DE MILLAN.
      • [XIV] AULTRE JOYEUX DIT DU CUISINIER, ET COMMENCE : « IDEM COQUUS, ETC.  ».
      • [XV] DEMANDE JOYEUSE DUDICT CUISINIER A SON MAISTRE, ET COMMENCE AU LATIN « IS IPSE CUM MULTI PETERENT  ».
      • [XVI] DES LETTRES PRESENTÉS PAR RAILLERIE A UNG VICCONTE NOMMÉ JANNOT, ET COMMENCE AU LATIN : « ANTHONINUS LUSCUS, ETC.  ».
      • [XVII] FACECIE ET SIMILITUDE SEMBLABLE D’UNG COUSTURIER A UNG VICONTE, ET COMMENCE : « COMMISERAT OLIM, ETC.  ».
      • [XVIII] LA COMPLAINCTE DE UNG POVRE HOMME A UNG CAPITAINE DE GENS D’ARMES, ET COMMENCE AU LATIN : « APUD FACINUM CANEM, ET CETERA  ».
      • [XIX] L’EXHORTATION D’UNG CARDINAL EN GUERRE AUX COMBATANS, ET COMMENCE « CARDINALIS HYSPANIENSIS, ETC.  ».
      • [XX] DU PRESTRE QUI PORTA LES CHAPPONS CUYTZ A L’EVESQUE, ET COMMENCE : « EPISCOPUS ARETINUS  ».
      • [XXI] DE UNG GROS ABBÉ QUI PAR UNE RESPONCES A DEUX ENTENTES FUT RAILLÉ D’ESTRE SI GROS, ET COMMENCE AU LATIN : « ABAS SEPTIMI, ETC.  ».
      • [XXII] DES MONSTRES ET PRODIGES MERVEILLEUX QUI APPARURENT SUR TERRE AU TEMPS QUE CESTUY LIVRE FUT FAICT, ET COMMENCE AU LATIN : « MONSTRA HOC ANNO PLURA, ETC.  ».
      • [XXIII] LE SECOND CHAPITRE EST DE UNG CHAT MONSTREUX QUI AVOIT DEUX TESTES, ET COMMENCE EN LATIN : « VIR INSIGNIS HUGO SENENSIS  ».
      • [XXIV] LA TIERCE PARTIE EST DE UNG VEAU MONSTREUX QUI AVOIT DEUX TESTES ET UNG SEUL CORPS, ET COMMENCE E N LATIN « IN AGRO QUOQUE PADUANO, ETC.  ».
      • [XXV] LA QUARTE PARTIE EST D’UNG MONSTRE MAR IN TERRIBLE, DEMY HOMME ET DEMY POISSON, ET COMMENCE : « ALLIUD INSUPER CONSTAT, ETC.  ».
      • [XXVI] FACECIE D’UNG PRESTRE QUI ENSEPVELIT SON CHIEN EN TERRE BENOISTE, ET COMMENCE AU LATIN : « ERAT SACERDOS IN THUSCIA, ETC.  ».
      • [XXVII] DU TIRANT PRINCE QUI IMPOSA CRIME CAPITAL A UNG DE SES SUBJECTZ POUR AVOIR SON ARGENT, ET COMMENCE AU LATIN : « HOMO ADMODUM PECUNIOSUS, ETC.  ».
      • [XXVIII] D’UNG RELIGIEUX QUI FIST LE COURT SERMON, ET COMMENCE AU LATIN : « OPIDUM EST IN MONTIBUS ».
      • [XXIX] UNG FACECIEUX ET JOYEULX CONSEIL DONNÉ A UNG RUSTIQUE QUI SE ESTOIT RO MPU LES COSTES EN CUEILLANT DES CHASTAYGNES, ET COMMENCE AU LATIN : « RUSTICQUS CUM CASTANEAM ».
      • [XXX] DE L’HOMME QUI DEMANDA PARDON A SA FEMME QUANT ELLE SE MOURROIT, ET COMMENCE AU LATIN : « CONSOLABATUR UXOREM, ETC.  ».
      • [XXXI] DE LA BELLE FILLE QUI CUIDOYT QUE SON MARY DEUST AVOIR LA MARGUET AUSSI GRANT QUE CELLE D’UNG ASNE, ET COMMENCE : « ADOLESCENS NOBI LIS, ETC.  ».
      • [XXXII] DU PREDICATEUR QUI DIST EN PRESCHANT QU’IL AYMEROIT MIEULX DESPUCELER DIX VIERGES QUE AVOIR UNE FEMME MARIEE, ET COMMENCE AU LATIN : « PREDICA BAT TIBURE  ».
      • [XXXIII] DU CONFESSEUR QUI BAILLA SON OUSTIL EN LA MAIN D’UNE FEMME QU’IL CONFESSOIT, ET COMMENCE AU LATIN : « MULIER ADOLESCENS, ETC.  ».
      • [XXXIV] JOYEUSE RESPONCE D’UNE FEMME A UNG HOMME ET TOUCHANT LE BAS MESTIER, ET COMMENCE : « INTERROGATA SEMEL, ETC.  ».
      • [XXXV] D’UNG MEDECIN QUI JOYEUSEMENT ESCONDIT UNG POVRE QUI LUY DEMANDOIT L’AUMOSNE.
      • [XXXVI] DE L’HOMME QUI MENASSA SA FEMME DE LUY FAIRE SA MAISON PLAINE D’ENFANS.
      • [XXXVII] DU CARDINAL QUI RACOMPTA LA FACECIE POUR SE FARCER DU PAPE, ET COMMENCE : « GREGORIUS DUODECIMUS, ETC.  ».
      • [XXXVIII] UNE FABLE DE UNG LOURDAULT QUI QUEROIT L’ASNE SUS QUOY IL ESTOIT MONTÉ, ET COMMENCE AU LATIN « MANCI NUS VI R RUSTICUS, ETC.  ».
      • [XXXIX] COMMENT RODOLPHE SE FARSA DE CEULX DE FLORENCE, QUI L’AVOYENT FAIT PAINDRE EN LEUR CITÉ COME PRODITEUR, ET COMMENCE « FLORENTINIS POSTMODUM, ETC.  ».
      • [XL] DE CELUY QUI MONTA SUR SON ASNE, SA CHARRUE A SON CO L, ET COMMENCE : « ALTER PIERUS NOMINE  ».
      • [XLI] UNE ELEGANTE RESPONCE D’UNG POËTE FLORENTIN NOMMÉ DANTES, ET SE COMMENCE : « DANTES ALIGERUS, POETA NOSTER, ETC.  ».
      • [XLII] AULTRE JOYEUSE RESPONCE DUDICT DANTES, POËTE FLORENTIN, ET COMMENCE AU LATIN : « HUIC IPSI INTER SENIOREM, ETC.  ».
      • [XLIII] DE LA FEMME OBSTINEE QUI APPELLA SON MARY POUILLEUX, ET COMMENCE AU LATIN « COL- LOQUEBAMUR ALIQUANDO, ETC.  ».
      • [XLIV] DE CELLUY QUI AVOIT GETTÉ SA FEMME EN LA RIVIERE ET L’ALOIT CERCHER CONTREMONT L’EAUE, ET COMMENCE AU LATIN : « ALTER UXOREM QUE IN FLUMINE, ETC.  ».
      • [XLV] DE UNG RUSTICQUE QUI SE VOULUT ENNOBLIR, ET COMMENCE : « PETEBAT A DUCE AURELYA- NENSI, ETC.  ».
      • [XLVI] DE CELUY QUI FIST CROIRE A SA FEMME QU’IL AVOIT DEUX OUSTILZ, UNG PETIT ET UNG GRANT, ET COMMENCE AU LATIN : « ERAT IN OPIDO NOSTRO, ETC.  ».
      • [XLVII] LE DIT D’UNE MATRONE QUI VIT LES VESTEMENS D’UNE METTRICE AUX FENESTRES, ET COMMENCE : « MULIER ADULT ERA, ETC.  ».
      • [XLVIII] LA DESCRIPTION D’UNE FOLLE REQUESTE QUI COMMENCE AU LATIN : « ROGABAT QUEDAM, ETC.  ».
      • [XLIX] LE DIT D’UNG PERRUSIE N A SA FEMME, ET COMMENCE : « PERRUSIN I HABENTUR VIRI FACETI, ETC.  ».
      • [L] DU DUC D’ANGERS QUI MONSTRA UNE MOULT BELLE COUVERTURE DE LIT TOUTE COUVERTE DE PIER RES PRECIEUSES, ET COMMENCE AU LATIN : « ERAT SERMO, ETC.  ».
      • [LI] L’EXCUSE D’UNG PERRUSIEN A QUI ON DEMANDOIT DU VIN, ET COMMENCE AU LATIN : « ERAT PERUSINUS QUIDAM DOLIUM, ETC.  ».
      • [LII] LE DEBAT DE DEUX FEMMES POUR UNE PIECE DE TOILLE, ET COMMENCE AU LATIN : « DUE ROMANE MULIERES, ETC.  ».
      • [LIII] LA FABLE D’UNG COQ ET D’UNG REGNART QUI COMMENCE AU LATIN : « ESURIENS QUONDAM VULPES AD DECIPIENDAS GALLINAS  ».
      • [LIV] D’UNG CHEVALLIER FLORENTIN QUI CUI- DOIT TENIR SA CHAMBERIERE ET IL TENOIT SA FEMME, ET COMMENCE : « ROFFUS, ETC. ».
      • [LV] DE CELUY QUI CONTREFAISOIT LE MEDECIN ET DONNOIT DES PILLULES POUR TROUVER LES ASNES PERDUS.
      • [LVI] D’UNG MEDECIN QUI REDRESSA LA JAMBE A UNE TRESBELLE JEUNE FILLE, ET COMMENCE : « CENARENT CUM, ETC.  ».
      • [LVII] DE CELLUY QUI NE SÇAVOIT RE CONGNOISTRE SON CHEVAL, ET COMMENCE AU LATIN : « LOQUENTIBUS NONNULLIS, ETC.  ».
      • [LVIII] DE UNE METRICE, ANCIENNE MEN DIANTE, ET COMMENCE AU LATIN : « DUM IN HOC RECITATUR, ETC.  ».
      • [LIX] COMMENT UNG DOCTEUR LE GAT DESSOUBZ LE PAPE MARTIN FUT REPRINS DE IGNORANCE, ET COMMENCE AU LATIN : « DIVII SECRETARII, ETC. ».
      • [LX] LE DIT DE L’EVESQUE DE LACTENSE, ET COMMENCE AU LATIN : « ALTER EPISCOPUS, ETC. ».
      • [LXI] FACECIE D’UNG FOL MEDECIN QUI DIST QUE UNG MALADE AVOIT MANGÉ UNG ASNE, ET COMMENCE : « MEDICUS INDOCTUS, ETC. ».
      • [LXII] DU JUGE QUI DIST QUE LES DEUX PARTIES AVOIENT GAIGNÉ, ET COMMENCE : « OPPIDUM EST BOURNENSIUM, ETC. ».
      • [LXIII] D’UNG FOL MEDECIN QUI JUGEA QUE UNE FEMME MALADE AVOIT BESOING POUR SA SANTÉ DE COMPAGNIE D’HOMME, ET COMMENCE : « EGROTABAT APUD NOS, ETC. ».
      • [LXIV] UNG AULTRE CAS SEMBLABLE ADVENU AU CHASTEAU DE VALLENCE, ET COMMEN CE : « REM SIMILEM IN OPIDO, ETC. ».
      • [LXV] DE LA METRICE QUI SE COMPLAIGNIT DU BARBIER QUI L’AVOIT COUPEE, ET COMMENCE : « MAGIS TRATUS EST, ETC. ».
      • [LXVI] D’UNG RELIGIEULX A QUI SE CONFESSA UNE VEUFVE, ET COMMENCE AU LATIN : « AUDIEBAT RELIGIOSUS, ETC. ».
      • [LXVII] DE CELLUY QUI FIST LE MORT DEVANT SA FEMME, ET COMMENCE AU LATIN : « IN MONTE, ETC. ».
      • [LXVIII] DE UNE JEUNE FEMME DE BOULONGNE QUI NE SÇAVOIT COMMENT COMPLAIRE A SON MARY, ET COMMENCE AU LATIN : « ADOLESCENTULE BO NONIENSIS, ET CETERA  ».
      • [LXIX] LA RESPONCE D’UNG CONFESSEUR AU DUC DE MILLAN, ET COMMENCE AU LATIN : « BERNABONAS PRINCIPES ME, ETC. ».
      • [LXX] DE CELLUY QUI DEMANDA SI SA FEMME PORTOYT BIEN EN DOUZE MOYS UNG ENFANT, ET COMMENCE AU LATIN : « FLORENTINUS CIVIS, ETC. ».
      • [LXXI] UNE FOLLE DEMANDE QUE FIST UNG PRESTRE EN PLAIN SERMON, ET SE COMMENCE AU LATIN : « JUXTA PORTAM PERUSINAM, ETC. ».
      • [LXXII] DE CELLUY QUI SE REPENTIT DE AVOIR DONNÉ A SA FEMME UNE ROBBE DE TROP GRANT PRIS, ET SE COMMENCE AU LATIN : « QUEREBATUR VIR, ETC.  ».
      • [LXXIII] LA VISION DE FRANÇOYS PHILELPHE JALOUX DE SA FEMME, ET COMMENCE AU LATIN : « FRANCISCUS PHILELPHUS ZELOTIPUS  ».
      • [LXXIV] DU BON BUVEUR QUI NE VOULUT POINT ESTRE GARY DE SA SOIF, ET COMMENCE : « QUIDAM VIR POTATOR EGREGIUS  ».
      • [LXXV] DU CARDINAL QUI FUT EVENTÉ DU CUL, ET COMMENCE AU LATIN : « CARDINALIS DE COMITIMUS, ETC. ».
      • [LXXVI] DE CELLUY QUI FUT DECEU EN ESCRIPVANT A SA FEMME, ET COMMENCE AU LATIN : « FRANCISCO DE ORTANO EQUITI, ETC. ».
      • [LXXVII] LE TESTAMENT D’UNG ANCIEN HOMME FAIT A SA FEMME, ET COMMENCE AU LATIN : « PETRUS MASIM, ETC. ».
      • [LXXVIII] DE LA FEMME QUI SE CONSEILLA A SON CONFESSEUR POUR AVOIR DES ENFANS, ET COMMENCE : « ZACARUS FUIT, ETC. ».
      • [LXXIX] DU HERMITTE QUI CONGNEUT PLUSIEURS FEMMES SOUBZ UMBRE DE CONFESSION, ET COMMENCE AU LATIN : « HEREMITA, ETC. ».
      • [LXXX] D’UNG JEUNE FLORENTIN QUI CONGNEUT LA FEMME DE SON PERE, ET COMMENCE : « FLORENTINUS JUVENIS QUIDAM, ETC. ».
      • [LXXXI] DU JEUNE SOT QUI NE SCEUT TROUVER LE LIEU POUR HABITER SA FEMME LA PREMIERE NUYT, ET COMMENCE : « ADOLESCENS BONONIENSIS, ET CETERA  ».
      • [LXXXII] DU MONTENOYS QUI REFFUSOIT UNE FILLE POURCE QU’ELLE ESTOIT TROP JEUNE, ET COMMENCE AU LATIN : « CUPIEBAT EX, ETC. ».
      • [LXXXIII] DE CELUY QUI FIST MANGER AU PRESTRE LA DISME DES ESTRONS DE SA FEMME, ET COMMENCE AU LATIN : « PRUGIS EA NOBILIS, ETC. ».
      • [LXXXIV] D’UNG FLORENTIN QUI DEVOIT ESPOU- SER LA FILLE D’UNE VEUFVE, ET COMMENCE : « FLORENTINUS QUI, ETC. ».
      • [LXXXV] FACECIE DE CELLUY QUI VOULUT ESTRE DEVIN, ET COMMENCE : « ALTERI QUOQUE ».
      • [LXXXVI] DU MOYNE QUI MEIST SON MEMBRE AU PERTUIS D’UNE TABLE, ET COMMENCE : « IN PISCENO EST OPPIDUM ESIS NOMINE, ETC. ».
      • [LXXXVII] DE CELUY QUI DESIRA ESTRE POMPON AFFIN QUE ON LUY FLAIRAST LE CUL, ET COMMENCE : « ERANT COMPLURES FLORENTIE, ETC. ».
      • [LXXXVIII] DU MARCHANT QUI SE VANTA QUE JAMAIS SA FEMME N’AVOYT FAIT PET AU LICT, ET COMMENCE : « MERCATOR QUIDAM, ETC. ».
      • [LXXXIX] JOYEUSE MANIERE DE CHASSER LES POVRES DE UNG HOSPITAL, ET COMMENCE : « CARDINALIS BARENSIS, ETC. ».
      • [XC] D’UNG PREDICATEUR QUI PRESCHOIT LE JOUR DE SAINCT CHRISTOFLE , ET COMMENCE AU LATIN : « PREDICATOR AD POPULUM IN FESTO, ETC. ».
      • [XCI] DE CELUY QUIL DEIST QU’IL PORTOYT UNE TESTE DE VACHE EN CES ARMES, ET COMMENCE AU LATIN : « J ANUENSIS HONERARIE NAVIS, ETC. ».
      • [XCII] DE CELUY QUI ESTOIT MARRY POURCE QU’IL ESTOIT EN DEBTE, ET COMMENCE AU LATIN : « PERAMBULLABAT PERUSINUS, ETC. ».
      • [XCIII] DES GRECZ QUI EURENT LA BARBE DU VISAIGE RAIZE ET AUSSI LES GENNEVOIS CELLE DU CUL, ET COMMENCE : « QUIDEM JANUENSES, ETC. ».
      • [XCIV] DE LA VIEILLE QUI SE VOULUT REMARIER ET REFFUSA UNG HOMME PAR FAULTE DE OUSTIL, ET COMMENCE AU LATIN : « MULIER VIDUA, ETC. ».
      • [XCV] D’UNG FRERE RELIGIEULX QUI ENGROSSA UNE ABBESSE, ET COMMENCE : « ABBATISS AM CERTI MONASTERII ».
      • [XCVI] UNE JOYEUSE RESPONCE D’UNG SAIGE ENFANT A UNG FOL CARDINAL, ET COMMENCE AU LATIN : « ANGELO CARDINALI ROMANO, ETC. ».
      • [XCVII] DE LA JEUNE FEMME MARIEE QUI FIST TROYS PETZ AFFIN QUE SON MARY L’ABITAST, ET COMMENCE AU LATIN : « NUPTA ADOLESCENTULA, ET CETERA  ».
      • [XCVIII] DE L’EGIPTIEN QUI DIST QU’IL N’Y AVOIT POINT DE CHARITÉ EN LA MESSE, ET COMMENCE AU LATIN : « HORTATUS EST CHRISTIANUS  ».
      • [XCIX] DE L’EVESQUE ESPAIGNOL QUI MENGEA DES PERDRIS A UNG JOUR DE VENDREDY, ET COMMENCE AU LATIN : « EPISCOPUS HYSPANUS, ETC.  ».
      • [C] DU FOL QUI DEIST QUE L’ARCHEVESQUE AVOIT QUATRE PIEDZ, ET COMMENCE AU LATIN : « ARCH IEPISCOPUS COLONIENSIS, ETC. ».
      • [CI] L’EXCUSATION D’UNE FILLE QUI NE POUOIT CONCEPVOIR ENFANS, ET COMMENCE AU LATIN : « DOMINI CUJUSDAM, ETC. ».
      • [CII] DU FRERE MINEUR QUI FIST LE NEZ A UNG ENFANT, ET COMMENCE AU LATIN : « ROMANUS VIR FACECISSIMUS, ETC. ».
      • [CIII] DU PRESTRE QUI EN PRESCHANT PRINT CINQ CENS POUR CINQ MILLE, ET COMMENCE : « IN EANDEM SENTENCIAM SACERDOS, ETC. ».
      • [CIV] D’UNG PREDICATEUR COMPARÉ A UNG ASNE, POURCE QU’IL CRIOIT UNG PEU TROP HAULT EN PRESCHENT, ET COMMENCE : « DUM RELIGIOSUS, ETC. ».
      • [CV] D’UNE JEUNE FEMME QUI REFFUSA SON MARY LA PREMIERE NUIT ET S’EN REPENTIT APRÉS, ET COM MENCE AU LATIN : « FLORENTIN US JAM SENEX, ETC. ».
      • [CVI] DES RELICQUES DES BRAYES SAINCT FRANÇOYS, ET COMMENCE AU LATIN : « RES DIGNA RISU, ETC. ».
      • [CVII] LE DEBAT DE DEUX FEMMES QUI SE VAN- TOYENT D’AVOIR AMYS, ET COMMENCE : « QUEDAM IN URBE, ETC. ».
      • [CVIII] D’UNG FOULLON D’ANGLETERRE QUI FIST CHEVAUCHER SA FEMME A SON VARLET, ET COMMENCE : « CUM ESSENT IN ANGLIA, ETC. ».
      • [CIX] D’UNG FLORENTIN QUI SE FARSA DES GENNEVOYS ET DE LEURS FEMMES, ET COMMENCE AU LATIN : « FRANCISCUS  ».
      • [CX] DU VIEIL HOMME QUE SE EFFORÇOIT DE HABITTER SA FEMME DE PAOUR QU’ON NE LUY HABITAST, ET COMMENCE AU LATIN : « ADJECIT ET ALTER, ETC. ».
      • [CXI] DE DEUX JOUVENCELLES QUI CONSEILLE- RENT A UNG PRINCE LAVER SA TESTE EN PISSAT DE PUCELLE, ET COMMENCE AU LATIN : « JUVENCULE, CUM ESSENT, ETC. ».
      • [CXII] DE CELLUY QUI SE CUYDOIT RAILLÉ DU CONFESSEUR ET LE CONFESSEUR SE RAILLA DE LUY, ET COMMENCE AU LATIN : « QUIDAM SEO SERIO, ETC. ».
      • [CXIII] D’UNG MONNIER QUI FUT DECEU DE SA FEMME PAR LUY MESMES.
      • [CXIV] LA JOYEUSE RESPONCE DE UNE FEMME A SON MARY, ET COMMENCE : « NARRAVIT MICHI, ETC. ».
      • [CXV] L’EXCUSATION DE POGE FLORENTIN ET FIN DE SON LIVRE, ET COMMENCE : « VISUM EST MICHI, ETC. ».
    • VARIANTES
    • NOTES CRITIQUES
    • GLOSSAIRE
    • TABLE DES FACÉTIES
    • INDEX THÉMATIQUE
    • TABLE DES MATIÈRES

Vous consultez :

Titre du chapitre: Title Page

Pages :

Source :

Tardif, Guillaume.
Les Facecies de Poge : traduction du "Liber Facetiarum" de Poggio Bracciolini.
Ed. Sandrine Hériché-Pradeau et Frédéric Duval.
Genève: Librairie Droz, 2003
9782600008389

Pour citer ce chapitre :

Tardif, Guillaume.
Chap. « Title Page » in Les Facecies de Poge : traduction du "Liber Facetiarum" de Poggio Bracciolini.
Ed. Sandrine Hériché-Pradeau et Frédéric Duval.
Genève: Librairie Droz, 2003

Pour citer un extrait :

Les numéros de pages de la version papier ont été conservés en marge droite du texte sous la forme p. AAA et les numéros de notes conservés à l'identique.

Ce livre numérique peut donc être cité de la même manière que sa version papier.

PDF généré dans le cadre de la licence nationale Istex, depuis le XML-TEI des portails Droz

© Librairie Droz S.A. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit

TEXTES LITTÉRAIRES FRANÇAIS
GUILLAUME TARDIF
LES FACECIES
DE POGE
Traduction du
Liber facetiarum

de Poggio Bracciolini
Edition critique par
Frédéric DUVAL
et
Sandrine HÉRICHÉ-PRADEAU
LIBRAIRIE DROZ S.A.
11, rue Firmin-Massot
GENÈVE
2003

Register citation

     

Add note


Report misprint

     

Add note


The record has been added to your citations page

The misprint has been reported to the publisher. Thank you !

Help